16
décembre 2018

Marseille : 1 000 personnes évacuées après le drame de la rue d’Aubagne

Habitat
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le drame de la rue d’Aubagne prend une tournure politique. Bernard Jacquier, vice-président (LR) de la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP), délégué à la commande publique et à la commission d'appel d'offres, a démissionné le 18 novembre, près de deux semaines après l’effondrement de deux immeubles vétustes du centre-ville qui a fait huit morts. Cet élu, proche de Jean-Claude Gaudin (LR), avocat en droit immobilier, a présenté sa démission, acceptée par la présidente (LR) de la métropole, Martine Vassal. Dans un communiqué, il explique vouloir "éviter tout amalgame" entre la situation d'un logement qu'il possédait dans le 3e arrondissement, dont les locataires ont été évacués il y a un an suite à un arrêté préfectoral d'insalubrité, et celle des appartements de la rue d'Aubagne (1er) qui se sont effondrés. "Il n'y a jamais eu dans ma démarche, la moindre recherche d'enrichissement et encore moins quelque négligence que ce soit vis-à-vis de la santé et de la sécurité d'autrui", souligne Bernard Jacquier, qui assure que cet arrêté ne lui a jamais été notifié par le syndic et le locataire. Le 15 novembre, le président (LR) de la région (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE