Toulouse : deux bailleurs sociaux investissent 2 M€ pour sécuriser leurs halls d’immeubles

Habitat
Outils
TAILLE DU TEXTE
Nom de code, GITeS, pour groupement interquartiers de tranquillité résidentielle et de sûreté. Déjà utilisé en région parisienne, c’est une première en province pour ce dispositif issu de la loi du mars 2010 et basé sur une collaboration entre les services de l’Etat et les bailleurs sociaux. A Toulouse, le GITeS est porté par le groupe des Chalets et la SA Patrimoine Languedocienne ; et nécessite un budget annuel de 2 M€, financé presque exclusivement par ces deux opérateurs. Il s’appuie sur une équipe de trente personnes dont vingt-cinq agents de terrains qui patrouillent quotidiennement dans les parties communes des copropriétés des deux bailleurs sociaux, au Mirail. "Nous avons fait le choix de cantonner le dispositif dans ce quartier qui représente 20 000 habitants et parce que la situation s’y est fortement dégradée pour nos habitants ces derniers mois", ont pointé les représentants des Chalets et de Patrimoine Languedocienne, lors de la signature du protocole de collaboration avec l’Etat fin décembre. Tous ces agents ont un lien avec le service public. "Ils sont anciens policiers, militaires, pompiers ou réservistes, issus d’un recrutement sélectif, ils ont suivi une formation de six semaines ; ne sont pas armés mais dotés de moyens (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE