Lille : le juge administratif met le projet Saint-Sauveur sur pause

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
L'urbanisation du site de la gare Saint-Sauveur (environ 2 400 logements sur 23 hectares, au cœur de Lille), va subir du retard. Par décision en date du 5 octobre, le tribunal administratif de Lille a suspendu la déclaration d'intérêt général prononcée par la Métropole européenne de Lille (MEL). Les magistrats, répondant à un recours déposé par deux associations, estiment que le dossier soumis à enquête publique au printemps dernier comportait "des insuffisances et inexactitudes" de nature à "nuire à l'information complète de la population". En cause : l'étude des impacts des aménagements prévus sur la qualité de l'air et la décision tardive d'implanter sur le site une piscine olympique. Cette sentence contraindra sans doute la MEL à organiser une nouvelle enquête publique. Ensuite seulement, le tribunal administratif examinera sur le fond l'intérêt général du projet. Les opposants à l'urbanisation de la friche, parmi lesquels on retrouve les élus EELV lillois, pourtant membres de la majorité municipale, appellent à une refonte en profondeur du schéma établi par l'agence de l'urbaniste Jan Gehl.

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Articles sélectionnés pour vous

UI Abonnement

TRAITS URBAINS N°101

Capture123.PNG

http://bit.ly/traitsurbains101

Les dernières vidéos

Sciences Po : Executive Master Stratégie et finance de l'immobilier