Mipim : qui pour construire le futur village olympique ?

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
A chaque Mipim, ses annonces. En ouver­ture de la 30e édition, le 12 mars, la Soli­deo et la Sem Plaine Commune Déve­lop­pe­ment ont offi­ciel­le­ment lancé la commer­cia­li­sa­tion des terrains situés à Saint-Ouen (93) et sur l’Ile-Saint-Denis (93), qui accueille­ront le village olym­pique en 2024. Avant d’être trans­for­més en "nouveau quar­tier" un an plus tard. C’est LE défi de Paris-2024, qui suscite les attentes et cris­tal­lise certaines critiques. Comment accueillir 15 600 spor­tifs et accom­pa­gna­teurs en 2024 ? Puis 2 200 loge­ments fami­liaux (25 à 40 % sociaux), 900 loge­ments spéci­fiques (étudiants, personnes âgées), 300 chambres d’hô­tels, 135 000 m2 de bâti­ments tertiaires, ainsi que des écoles et des espaces verts un an plus tard, après une vaste opéra­tion de réha­bi­li­ta­tion, rapide et anti­ci­pée via la réver­si­bi­lité des (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL
Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous