Ile-de-France : La consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers continue de baisser

Stratégies urbaines
Outils
TAILLE DU TEXTE
Réali­sée en 2017, la dernière campagne du Mode d’oc­cu­pa­tion des sols (MOS), qui rend compte de l’af­fec­ta­tion physique et fonc­tion­nelle des sols fran­ci­liens, confirme la forte tendance au ralen­tis­se­ment de la consom­ma­tion nette d’es­paces Natu­rels, agri­coles et fores­tiers (NAF).Avec une moyenne de 1 250 hectares par an, les années 2000 s’étaient déjà inscrites en rupture avec les niveaux élevés obser­vés au cours des années 1990 (2 700 hectares par an). Entre 2008 et 2012, la consom­ma­tion nette d’es­paces NAF décrois­sait une nouvelle fois (650 hectares par an). Les raisons invoquées alors tenaient non seule­ment de la crise écono­mique qui avait impliqué une crise de la construc­tion, mais aussi du chan­ge­ment de regard porté sur ces espaces dont la préser­va­tion, portée par des évolu­tions régle­men­taires, est progres­si­ve­ment deve­nue un enjeu à part entière des (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL
Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous