Le Supraways veut survoler la frontière luxembourgeoise

Stratégies urbaines
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le conseil commu­nau­taire de Thion­ville-Porte de France a examiné, en décembre dernier, l’étude de mobi­lité présen­tée par la star­tup rhônal­pine Supra­ways. L’idée : desser­vir par des "Supras" – trans­port aérien entre aéro­train et télé­phé­rique – l’es­pace inter­ur­bain et fron­ta­lier du nord lorrain. "Nous nous sommes appuyés sur des flux précis pour rabattre les travailleurs fron­ta­liers, mais aussi vascu­la­ri­ser la zone fron­ta­lière et mieux répar­tir sa valeur foncière", explique Claude Escala, fonda­teur de Supra­ways. L’in­fra­struc­ture desser­vi­rait dans un premier temps cinq stations sur 16 km entre l’ag­glo­mé­ra­tion thion­vil­loise et la fron­tière. Une deuxième phase prévoit une boucle de 57 km à l’ouest et au sud, de Florange à Audun-le-Tiche en desser­vant le terri­toire de l’OIN Alzette-Belval. Le réseau complet compor­te­rait 24 stations. Un millier de (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL
Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous